Les deux Abel (épopée)

Les deux Abel (Le Grand Tomple)
épopée
texte Catherine Peillon
mise en musique par Iván Solano, compositeur
édité dans la collection
Semaisons du Festival de Chaillol

Le tomple en dialecte occitan vivaro alpin désigne une flaque d’eau ou une mare où l’on patauge. Pour les Haut-alpins, très nombreux entre 1850 et 1950 à traverser l’Atlantique pour s’embaucher aux États-Unis comme bergers, négociants, blanchisseurs ou ouvriers, le tomple est l’océan à traverser. Il devient le grand passage du désir et du rêve d’une autre vie. À travers les pérégrinations du cuisinier Abel et de son arrière grand-père le berger Abel l’Ancien, Le Grand tomple, à mi chemin entre récit musical et opéra radiophonique, revisite le passé, la mémoire, ses effacements, et questionne notre présent. Cette histoire se déroule aujourd’hui, dans notre temps et notre monde. Abel, dit le Jeune pour le distinguer de l’ancien, chef cuisinier installé à Bénévent en Champsaur (Hautes Alpes), vit une crise profonde. Insensiblement nous nous retrouvons à la fin du XIXe siècle, en 1896. Abel l’Ancien, comme de nombreux jeunes gens à cette époque, s’embarque pour les Etats- Unis et plus précisément la Californie. Depuis la ruée vers l’or, le pays connaît une explosion démographique sans précédent et, entre autres conséquences, l’élevage ovin est en pleine expansion. On a besoin de laine, de beaucoup de laine pour habiller et couvrir les millions d’immigrants qui peuplent à présent ces régions. Les bergers des montagnes européennes sont très convoités car ils ont un savoir-faire technique exceptionnel. Abel l’Ancien va passer 19 ans dans les montagnes américaines. Il y rencontrera une jeune indienne qu’il ramènera au pays. Mais la guerre de 14-18 a laissé des traces…

Menu